accueilARTICLESWEBZINE

REVIEW — The Name Chapter : Temptation de TXT


Temptation
, voilà le nom du cinquième mini album coréen de Tomorrow x Together !


Sept mois après la sortie de Minisode 2 : Thursday’s Child, nous retrouvons nos cinq artistes dans un chapitre plutôt féerique mais cachant un côté sombre, The Name Chapter : Temptation.  Avec cinq nouveaux morceaux autant magiques, touchants qu’artistiques, dont le title track est “Sugar Rush Ride“, vous trouverez des détails similaires à The Dream Chapter : Magic. Une simple ligne les sépare. Si pour l’un il s’agit d’une ode à l’innocence, Temptation raconte sa perte, montrant l’évolution du groupe. L’album reprend le thème de l’adolescence face à la vie d’adulte, du conflit et du désir de reporter leur croissance afin de profiter davantage de Neverland, leur monde imaginaire. Inspiré de Peter Pan, nos jeunes artistes font face à leur plus grande tentation, la jeunesse éternelle.


L’album s’ouvre sur un beau cauchemar “Devil by the window“, un style de musique différent de ce que TXT a pu nous proposer auparavant. Les paroles sont en anglais, et le style est similaire aux titres de Billie Eilish. Une musique entraînante mais également douce, comme un beau rêve.

Nous retrouvons nos cinq artistes face à un ennemi terrifiant. Considéré comme le diable, il est la référence même de Peter Pan tendant le bras à Wendy dans le monde réel, pour l’emmener dans son petit univers à lui, Neverland. Une douce voix comme du sucre, le diable tente les garçons de rêver. Un rêve magnifique dont ils ne voudraient pas se sortir, au-delà de la réalité terrifiante, un rêve au royaume de la réalité envoûtante. Le diable est la représentation de la tentation, et les garçons ont décidé de sombrer dedans, s’entraînant dans un monde idyllique.


Ce morceau est la suite logique de “Devil by the Window“. Après avoir pris la main du diable, ils se retrouvent sur une belle île, Neverland, leur monde imaginaire. De par son concept fantaisiste, sensuel mais également hypnotique, et ses paroles uniques, le morceau “Sugar Rush Ride” est un régal autant visuel qu’auditif. Que ce soit les riffs de guitare funk à certains moments, les sifflements ou encore les chuchotements, TXT à su retransmettre une bonne énergie à travers ce morceau, tout comme avec leur MV.

La chanson nous transporte dans un monde différent du nôtre, un monde euphorique, agréable et surtout séduisant. Le principal sujet de ce morceau est le sucre “Sugar”, donné par le Diable. Ce dernier a une grande importance ici car il représente chaque élément de Neverland. Fleurs, rivières, animaux, chaque détail de ce monde devient une addiction, donnant l’envie d’y rester éternellement, c’est la tentation. Une tentation qu’ils ont saisie.


Happy Fools” est une musique enjouée mettant en vedette Coi Leray, une artiste américaine. L’introduction commence par des airs romantiques de bossa nova puis s’élance rapidement sur un r&b affirmé. Une mélodie capable de combiner le style pop/rap et les voix des artistes donnant un rendu très intéressant, et l’envie de danser ! 

En continuant sur le chemin de la tentation, TXT et Coi Leray rêvent ici de continuer leur vie d’insouciance, incapable de résister à la tentation, ils deviennent des imbéciles heureux “Happy Fools”, refusant les responsabilités de la vie d’adulte et retardant leurs inquiétudes à plus tard. Il s’agit du sentiment d’euphorie après avoir goûté au sucre. Ils sont dans leur monde imaginaire et ne veulent s’en séparer, ne pensant à rien d’autre qu’à s’amuser et à être libre tant qu’il est encore temps. Un goût sucré de paresse.


Le morceau “Tinnitus” signifiant Acouphènes est intéressant. Il se distingue de par son style différent de ce à quoi on peut s’attendre dans la Kpop, la première incursion du groupe dans les influences afrobeats. La musique en elle même nous donne une impression d’acouphènes avec la répétition de certains mots “want it” “lonely” “rollin’”, mais malgré une musique très prenante et addictive, les paroles sont profondes et touchantes.

Tinnitus” est une marche entre l’acceptation de soi et les doutes. Le groupe décrit le lendemain d’une nuit festive, leur têtes remplis de bruits, c’est à ce moment qu’ils ressentent un sentiment de solitude et d’inquiétude. Sachant qu’il est plus facile d’abandonner que de lutter contre l’impuissance du monde, ils se disent d’une manière moqueuse que leur rêve de devenir un jour une rockstar n’était pas réalisable. Ils décident alors d’abandonner leur image rock and roll qu’ils se sont construite dans leurs précédents albums, pour à la place se qualifier de “rocher” : “Rockstar에 별 빼, just a rock, okay?” se traduisant par “Si tu enlèves le “Star” de Rockstar, il ne reste que “rock”, ok ?”. Les garçons se disent qu’en renaissant sous une autre forme, comme ici en tant que rocher, la vie serait beaucoup plus simple, ils ne feraient que rouler et rien d’autre. Une vie de paresse sans avoir à s’inquiéter pour leur avenir.

Cette musique reprend les sentiments de nos cinq artistes en tant qu’idoles mais également de ce que peut ressentir la nouvelle génération, le sentiment de désespoir face aux défis de ce monde où ils sont obligés de choisir d’abandonner s’ils ne peuvent y parvenir. Ce morceau est centré sur les doutes et les peurs. C’est le moment où la magie s’estompe.


Le morceau qui clôture l’album est “Farewell, Neverland“, l’heure des adieux. Ce morceau est une ballade dirigée par une guitare acoustique, et une percussion balançant le rythme. Leurs voix délicates sur des paroles profondes, elles expriment le moment où le groupe dit au revoir à la tentation, à la jeunesse, à Neverland. 

Bien éveillés, ils font face au vide devant eux. Alors qu’ils sont tentés de rebrousser chemin, ils savent que leur paradis n’était qu’un mensonge, qu’il n’était pas aussi beau qu’il le laissait paraître. Ils décident donc de lui dire au revoir et de sauter pour enfin faire face à la réalité. Plutôt que de choisir la tentation de la paresse et de la jeunesse éternelle, ils décident de lutter contre les impuissances de ce monde et d’enfin faire face à la réalité. Contrairement à l’image douce de l’œuvre Peter Pan, quitter Neverland est plus considéré ici comme un atterrissage de choc. Mais malgré qu’ils ont peur, qu’ils savent qu’il ne sera plus possible de retourner dans ce monde imaginaire, ils préfèrent choisir la vérité amère du monde réel. Un morceau touchant qui clôture parfaitement l’histoire de cet album.



The Name Chapter : Temptation est une œuvre artistique, avec une histoire et un message. Comme pour chaque œuvre artistique, toute personne peut avoir une interprétation différente. 

Il existe quatre variantes de l’album : Lullaby, Daydream, Nightmare et Farewell, des concepts différents mais qui représentent le cheminement de leurs tentations, d’après mon interprétation.

Le début du chapitre se trouve en Lullaby, la berceuse qui les amènera à Neverland. Un concept doux avec de belles couleurs et des paillettes, comme un beau rêve choisissant de ne jamais s’y résoudre. En pleine utopie, ils arrivent à Neverland, représenté en Daydream. C’est une version euphorique de la fantaisie qu’ils découvrent. Vivant en harmonie avec la nature et leur jeunesse éternelle, ils ne veulent sortir de leur tentation, mais profiter simplement. Ce thème dépeint l’innocence juvénile d’une manière libre et joyeuse, mais malheureusement ils se rendent rapidement compte que leurs pensées ne sont que des mensonges. Nightmare est le côté sombre de cette féérie, un magnifique cauchemar où tout est beau et nous donne envie d’y rester, mais il s’agit du thème sombre de leur utopie… Les garçons semblent enfermés dans un état enfantin où ils ne sont pas libres de faire ce qu’ils veulent, et ne peuvent donc sortir de ce cauchemar. Farewell est le réveil de ce rêve idyllique, permettant enfin au groupe de faire les bons choix et de ne plus choisir leurs tentations. Un thème représenté par la plage et une barque, c’est le moyen d’échapper à cette île enivrante.

Chaque morceau de cet album est pour moi une partie de chaque thème. Le début de l’histoire, là où tout a commencé, est “Devil by the Window”, représenté dans le concept Lullaby et sa douce berceuse. Ils arrivent ensuite à Neverland, le début d’un rêve magique représenté par le concept Daydream dans “Sugar Rush Ride” et “Happy Fools”, un rêve éveillé où l’on ne veut se sortir. Vient ensuite “Tinnitus” représenté par le concept Nightmare, un doux cauchemar, là où les inquiétudes et les doutes prennent le dessus. Le moment où la magie disparaît petit à petit. Finissant alors par “Farewell, Neverland”, la séparation entre la fantaisie et la réalité, le concept qui le représente est Farewell, le départ du groupe.

Voilà pour moi l’histoire de ce chapitre, un album regroupant nombres d’émotions et de questions. Les doutes, les peurs, l’envie de rester dans notre adolescence, la paresse, tous les messages de cet album sont là pour nous aider à les surmonter, comme a pu faire le groupe.



Tomorrow X Together a une fois de plus livré un mini-album exceptionnel. Des œuvres toutes différentes et surtout des styles qu’ils n’avaient pas encore étudiés jusqu’à présent. 

L’album semble être une progression naturelle à la fois pour leur concept que leur discographie, et semble également plus mature dans sa production. Ayant pour thème Peter Pan, ce chapitre permet un bon passage entre la fantaisie de la jeunesse et les craintes de l’avenir. Mais à présent qu’ils ont décidé de grandir, de quel thème leur prochain album pourrait parler ? Trouver de la couleur dans un monde fade ? 

Les membres s’impliquent de plus en plus dans le processus de composition et de production, et à mesure que cela se produit, leurs musiques deviennent plus profondes que jamais. C’est un beau témoignage de la croissance de nos cinq artistes et de TXT. Un nouveau chapitre honorable de leur parcours.

Le chanteur et parolier oceanfromtheblue dévoile son premier album

Previous article

LIVE REPORT : PIXY au Petit Bain

Next article
Astrid
Passionnée de musique, de danse et de la Corée du Sud en général, c’est avec plaisir que j’ai aidé a créer Dear. Korea en janvier 2024. Vous me retrouverez dans les pôles communication, création visuelle et presse. Principalement fan de boygroups, mes préférés sont Stray Kids, Tomorrow x Together, Enhypen, Seventeen et Zerobaseone.

You may also like

Comments are closed.