Xdinary Heroes
Xdinary Heroes
accueilARTICLESWEBZINE

LIVE REPORT : Xdinary Heroes défendent un rock courageux à Paris

Le groupe Xdinary Heroes a enflammé la scène du Bataclan le 11 novembre et nous avons eu l’immense plaisir de nous rendre à leur première tournée mondiale. 

Ils se rendent dans six villes d’Europe avec des escales à Londres, Francfort, Madrid, Milan et Varsovie. Paris marque le début de cette tournée européenne pour le groupe de rock du label Studio J de la JYPE.

Leur dernier album, “Livelock“, était très attendu de la part des Villains (nom officiel des fans) et du grand public avant même sa sortie. Chaque membre a participé à l’écriture et à la composition des chansons, et nous avions hâte de les voir performer en live. C’est sous le message de “la course vers la liberté” que le concert se déroule, où il nous invite à “Break the Brake” avec eux.

Avant même leur arrivée, la foule commence à se réchauffer avec des cris de l’hymne de “Seven Nation Army”, le fameux “popolopopo” que tout le monde connaît. Un ingénieur du son arrive sur scène pour tester une guitare, un test du micro est aussi fait, et le public se met facilement à crier. Une coordination sans faille pour ces fans habillés de rouge et de noir, des étoiles dans les yeux mais aussi en barrettes dans les cheveux, une ambiance rock qui nous donne envie de tout casser.

Les membres arrivent sur scène, nous saluent très rapidement encore dans la pénombre avant de prendre leurs instruments, et c’est parti pour une soirée survoltée avec “Freddy” ! . Les lumières s’allument et les enveloppent de bleu et de violet, Gaon, le guitariste et chanteur demande de faire plus de bruit et la salle crie en réponse. Ils enchaînent avec “Come into my head” qui donne le ton, celui d’une fusion entre le Bataclan et les rockeurs. Leur énergie sans faille continue sur “KNOCK DOWN” au refrain plus calme mais toujours entraînant, puis c’est au tour de “checkmate” et “Test Me”. Jooyeon se plie sur sa guitare pendant que O.de saute sur son clavier, et chaque membre de cette équipe donne le meilleur d’eux-même.

C’est le moment de poser un instant les instruments. Le groupe nous salue dans un “Bonjour Paris, make some noise” et nous décidons de taper du pied pour montrer notre engouement.

Ils se présentent un à un en nous disant bonjour, nous demandent ensuite comment on se sent et Gun-Il joue de la batterie alors queles fans hurlent de joie. 

Gaon admet que ça lui donne des frissons, et que c’est incroyable de pouvoir réaliser son rêve de faire une tournée mondiale. Et qu’est-ce qui est important pour ne plus avoir de limite ? La réponse est toute trouvée, évidemment ce sont les Villains ! Jooyeon applaudit alors que les “polopopo” reviennent, cris que les membres des Heroes accompagnent à la basse et à la batterie, en communion avec les fans. Jooyeon nous dit d’exclure toutes les ondes négatives pour profiter du concert, et on s’exécute avec enthousiasme. 

Ils reprennent leurs instruments, et c’est le moment de jouer “Hair Cut”. Le guitariste et le bassiste s’avancent pendant la chanson, montant sur les petites estrades qu’il y a sur la scène. On continue, et un des membres nous apostrophe “Let’s go Paris !” pendant “Enemy”, chanson qui résonne pour la jeunesse, de ce sentiment de ne pas se connaître et de ne pas comprendre pourquoi on s’auto-sabote. “Man in the Box” réussit alors à transmettre la même émotion d’enfermement. Nous voulons briser nos chaînes mais ce n’est pas encore l’heure, pour l’instant “Ghost” complète parfaitement cette suite. Ils racontent l’histoire familière de ce moment où on tombe dans le piège de répéter constamment les paroles meurtrières des autres, de ces fantômes qui nous pèsent.

Xdinary Heroes reviennent nous parler. Ils étaient inquiets de savoir si les gens allaient aimer ou non leur musique, mais maintenant ils n’ont aucuns regrets. Des chansons plus douces vont venir apaiser nos peines, pour nous remercier de la force qu’on leur amène.

Les Villains allument la lumière de leurs téléphones et les lightsticks voguent doucement de droite à gauche alors que les chanteurs commencent “Dear H.”. Les fans continuent de chanter sur “Good enough”, un moment plein d’émotions qui amène quelques larmes passagères dans la foule. Ils arrivent à transmettre cette énergie même sur des chansons lourdes de sens, et nous avons du mal à le retranscrire avec desmots alors que “Paranoid” se déroule sous nos yeux.

Cette émotion est partagée puisque O.de est ému de nous voir partager la musique avec eux. Ils s’arrêtent cependant tous de parler pour nous demander avec bienveillance de reculer et de faire attention à la sécurité de tous. Les Heroes veulent être une force pour leurs fans, et on le ressent dans leurs petites attentions. 

Gaon nous dit que Paris est incroyable.

Pour la suite, les artistes reprennent  une chanson d’un de leur labelmate, avec une version rock de “WANNABE” de ITZY ! Chanson bien choisie dans cette setlist puisqu’elle reflète cette envie d’être soi-même envers et contre tout. La deuxième cover de cette partie est un titre plus ancien, “The Great Escape” de BOYS LIKE GIRLS. Tout le monde tape dans ses mains pendant la reprise, c’est le temps de prendre notre envol.

Le groupe nous parle à nouveau pour nous dire que c’est la première fois qu’ils ressentent une telle émotion. Encore une fois, “polopopo” est chanté et repris à la basse et à la batterie. Une vraie cohésion s’est installée entre les fans et les stars de la soirée. Ils vont montrer une danse et demander de chanter, et c’est la fameuse shoulder danse de “WANNABE” qui est faite sous les “polopopo” au lieu d’être faite sous les paroles originelles.

“Bad Chemical” est jouée pendant que les frontliners montent un à un sur leur estrade, se rapprochant du public, échangeant des regards, des paroles. Gaon déclare “I love you Paris” et “Freakin’ Bad” commence, chanson pendant laquelle Jun Han fait un mini solo de guitare qui exalte la foule. L’énergie monte à son paroxysme, et Gun-il se lève pendant le pre-chorus de “Sucker Punch!” qui semble être autant appréciée par les Villains. “Strawberry Cake” conclut cette partie pleine d’entrain.

“Vous êtes les meilleurs” dit Jooyeon en français avant de rire de notre réaction passionnée. O.de prend le drapeau de la France qu’un fan lui tend, il fait le tour avec sous les acclamations de tous. 

Ils nous promettent de faire de belles musiques et de les partager avec nous.

Le concert reprend avec “Pirates” et ils laissent les fans chanter le refrain de la chanson. 

“안타깝지만, you don’t understand

날 한껏 underestimate, 차가운 비웃음에도 난

멈출 수 없어, it’s my destiny “

C’est au tour de “Bicycle”, ba-ba-ba-broom. C’est la dernière chanson de l’album Deadlock puisqu’ils continuent avec “Break the Brake” de l’album Livelock, une des chansons les plus attendues. Les mains se lèvent, on saute avec entrain. Les lumières s’éteignent finalement mais nous ne sommes pas dupes : l’encore va bientôt arriver. 

Les Heroes reviennent en effet avec leurs lightsticks et portent maintenant des tee-shirts de la tournée. Ils jouent “AGAIN? AGAIN!” aux sonorités du rock des années 2000 que nous adorons. Le public répète surchauffés les “love again” du refrain. Dans la même ambiance, “PLUTO” évolue en un hymne de confiance en soi, leur charisme est indéniable. 

C’est le dernier échange de la soirée, ils pensent que grâce aux Villains, la tournée va être parfaite. Le public scande le nom de chaque membre avant leur temps de parole individuel.

O.de trouve que la soirée est folle, que c’est un souvenir inoubliable. “Est-ce que vous avez chaud ?” Tout le monde répond que oui. C’était un moment unique et spécial, il imite ensuite les “Shhh” que certains fans font pour calmer la salle, ce qui finit par amuser tout le monde. Il espère que nous allons garder un bon souvenir du concert.

Jooyeon s’incline. Il trouve incroyable de partager un si beau moment avec de si belles personnes. Il promet que ce moment restera inoubliable et en parlera à tout son entourage. En français pour lui aussi, il nous demande de dire à notre entourage que Xdinary Heroes sont les meilleurs.

Gun-Il, le leader du groupe, est ravi de commencer la tournée mondiale à Paris. C’était un rêve pour lui depuis qu’il était petit de venir à Paris, il est content de réaliser ce rêve avec nous. Il nous a entendu chanter avant le concert et il est reconnaissant de notre venue. Et en français il nous dit “Merci pour ce souvenir inoubliable”.

Jun Han rigole lorsque certains s’écrient “I love you” dans la fosse. Il est vraiment heureux que tout le monde soit venu. Il ne sait pas ce qu’ils pourraient nous donner de plus, mais c’est un honneur d’offrir sa musique. La fosse et le balcon du Bataclan applaudissent. En français cette fois, “c’était génial de nous rencontrer à Paris”.

Gaon trouve qu’on était les plus chauds du monde entier. Il se souviendra de chaque yeux, de chaque regard. Il demande si le public est fatigué, ce à quoi nous répondons en chantant  “On est pas fatigués !” Il nous remercie d’être venus si nombreux, et en français, il nous trouve “magnifiques”.

C’est enfin au tour de Jungsu, qui réfléchissait pendant tout le concert à ce qu’il allait dire. Lorsqu’il a su qu’ils allaient partir en tournée mondiale, c’était émouvant. Il a réalisé qu’il pouvait rencontrer les Villains du monde entier, il est très content de pouvoir partager leur musique. Dans une émotion commune, le claviériste indique que nous sommes sa lumière, ses étoiles, et sa force de vivre. Il a beaucoup appris à Paris. Pour finir en français, il nous aime, et à bientôt.

C’est la fin qui nous rattrape avec “X-MAS” et “Happy Death Day” où tout le monde saute. Ils quittent leurs instruments pour venir sauter avec nous sur le devant de la scène, ils complètent les cœurs des fans avec leurs mains, et saluent en regardant toute la salle. Le groupe part finalement sur les “polopopo” finales du public, qu’on aura bien entendu ce soir.

Nous remercions encore MyMusicTaste de nous avoir invité à ce spectacle sans pareil, et nous ne manquerons pas de vous partager les futures activités du groupe.

Idées Cadeaux : Quoi offrir pour débuter les webtoons ?

Previous article

REVIEW : Dreamcatcher montrent leur “OOTD” à l’ère du digital dans leur nouvel album [VillainS]

Next article

You may also like

Comments are closed.