heejin
heejin
accueilARTICLESWEBZINE

Heejin explore les secrets de son algorithme

Après ODD EYE CIRCLE, Loossemble et CHUU, c’est au tour de Heejin de revenir sur la scène musicale avec son EP intitulé K

Heejin est la toute première membre de LOONA a avoir été dévoilée au public. Son début, « Vivid », a d’ailleurs été l’une des pires ventes de l’année 2016. On ne peut donc qu’admirer la persistance et l’évolution de cette artiste qui a tout d’une grande. 

En plus d’être une all rounder, elle s’est véritablement fait connaître lors de l’émission MixNine organisée par YG Entertainment dans le but de former un groupe composé d’idols et trainees de différentes agences. Étant l’une des participantes les plus populaires, elle a terminé dans le Top9 final et aurait pu débuter une nouvelle fois sous YG Entertainment dans le cadre de ce groupe temporaire. C’était sans compter sur l’annulation des deux groupes par l’agence pour diverses raisons. 

Heejin est une chanteuse, une rappeuse, une danseuse et une leader hors pair. Nous attendons donc beaucoup de ce mini-album, K.

POURQUOI K

On pourrait analyser l’utilisation de la simple lettre K en la ramenant à la table périodique des éléments. K est le symbole du potassium, un élément volatile que l’on utilise dans le « rapport K/U ». 

U est le symbole de l’uranium, et il s’agit d’un élément réfractaire. Le rapport K/U permet donc de mesurer la présence d’éléments volatils sur les différentes planètes. On l’utilise également pour expliquer l’évolution du système planétaire et l’origine de notre lune.

Or, on peut trouver de grandes quantités de potassium lors de l’explosion d’une supernova,: une étoile devenue trop puissante. 

K est ainsi une référence à LOONA pour son rapport avec la lune, mais également un hommage à Heejin qui est une véritable star qui mérite de briller sur scène. 

Néanmoins, il ne s’agit que d’une interprétation personnelle, puisque Heejin déclare dans une conférence de presse : 

J’ai choisi K comme titre de mon album solo car « K » est la lettre qui représente la Corée. Tout comme la K-pop, la K-food et d’autres catégories portant la désignation « K », le titre de l’album inclut mon ambition de représenter la K-pop et la Corée. 

Heejin

KEHWA

K débute avec l’introduction « Kehwa », une instrumentale portée par des vocals très légers, majoritairement des onomatopées. Le début du titre est féérique, rappelant des souvenirs d’enfance tels que des dessins animés ou encore des attractions dans de célèbres parcs à thème. On y retrouve un synthétiseur assez doux, qui rappelle presque un xylophone, et le tout produit comme des bulles dans les oreilles. 

Puis, la chanson évolue pour devenir bien plus énergique dans lequel on retrouve plus de batterie et des percussions marquant le rythme avant de s’achever sur un retour de cette texture féérique semblable au courant de l’eau. On semble presque entendre « right now », comme si Heejin ouvrait réellement cette nouvelle ère. 

« Kehwa », le titre du morceau d’introduction, signifie « fleurir » en coréen. « Kehwa » décrit le mieux ma situation actuelle.

Heejin

ALGORITHM

L’instrumentale débute immédiatement avec un synthétiseur et un sample qui rappelle les débuts de la sous-unité 1 / 3 de LOONA. On y retrouve également une basse assez groovy, suivant la tendance du moment dans la K-pop et l’utilisation de petites percussions qui rappellent le battement que l’on pourrait faire avec une baguette sur un petit objet en métal. 

Le refrain peine à se démarquer des couplets avant le bridge qui crée enfin un véritable contraste. La mélodie est presque similaire, et l’instrumentale ne connaît pas de changement substantiel avant de passer aux « nanana ».  

La voix de Heejin ressort pourtant assez bien dans cette chanson, avec une légèreté et une douceur bienvenues. Le bridge met en avant les capacités vocales de l’artiste, notamment avec sa high note

Votre autrice déplore l’utilisation d’une répétition de l’onomatopée « na » qui commence à se faire lassante dans les productions de ModHaus. On retrouve ce genre de boucle vocale dans diverses chansons de tripleS tout comme chez ODD EYE CIRCLE. 

Néanmoins, nous applaudissons la participation de Heejin à l’écriture des paroles, qui représentent certainement ses sentiments et sa situation actuelle. Lorsqu’elle se noie dans la musique conseillée par son « algorithm », elle se reconnaît dans les paroles de ce qu’elle écoute, et elle se sent réconfortée. Ainsi, elle laisse tomber son téléphone, qui représente un médium d’obsession et d’addiction. Avec les réseaux sociaux et cette lubie que nous avons aujourd’hui avec les algorithmes, nous pouvons parfois passer à côté de la « vraie vie ». 

« Sad love song, sad but time is up

The music coming up on algorithm

All sound like my stories

Hide my tears and turn off my phone »

Le M/V met en valeur Heejin visuellement, la représentant comme une personne noble lors de l’époque de la royauté, avec pourtant l’anachronisme de la technologie et des réseaux sociaux. On peut y apercevoir les autres membres d’ARTMS, alors que l’ambiance change du tout au tout pour montrer Heejin dans des contextes plus modernes. 

L’artiste est ensuite encouragée par Haseul avant de passer une audition, concept que l’on retrouve chez tripleS mais aussi chez Loossemble ! Pas vraiment de LOONAVERSE cette fois-ci, mais on apprécie tout de même la réalisation du clip. 

SAD GIRLS CLUB

Le mini-album s’enchaîne avec « Sad Girls Club », une chanson avec une guitare douce mais forte présente dans la mélodie inspirée du R&B. On y retrouve également du piano lors du bridge, alors qu’une transition se fait pour le dernier refrain pour laquelle Heejin est accompagnée d’harmonies vocales qui viennent donner de la texture et de la profondeur au titre. 

On semble comprendre des paroles que la protagoniste est accompagnée par un « sad girls club », un groupe avec qui elle partage ses rêves. Ce dernier est toujours là pour elle, de la même manière que Heejin est toujours présente pour son club. 

Ses membressont des femmesfaites pour briller ensemble, mais malgré cette sororité, ces personnes traversent des périodes difficiles. Elles peuvent pourtant les surmonter – elles doivent les surmonter, en réalité, puisqu’elles sont faites pour cette vie d’artiste. 

Peut-on voir une petite réponse à tripleS et son « mad money club »

VIDEO GAME

Heejin invite ses auditeurs à venir jouer à des « Video Game » avec elle toute la nuit, jusqu’à ce que chacun soit épuisé. Dans ce monde virtuel, chacun peut se retrouver malgré la distance, et cela ressemble presque à des vacances. 

Heejin explique lors d’une conférence de presse pour présenter son album que « Video Game » est inspirée du film « Les Mondes De Ralph », qui suit le méchant d’un jeu vidéo qui désire être aussi apprécié que le héros. Elle a d’ailleurs participé à l’écriture des paroles. 

Le titre est énergique et plein de sons électro, sans pour autant tomber dans des clichés de musiques de jeux vidéo. La mélodie est espiègle et upbeat, et toutes les parties composant la chanson possèdent leurs propres charmes. 

Heejin impressionne encore une fois avec des high notes à la fin de la chanson, alors que l’on retrouve une conclusion teintée d’autotune, rappelant facilement certains titres d’Ariana Grande. 

NOKIA

Avec « Nokia », on retrouve une guitare sèche pour une chanson presque acoustique, ou tout du moins dénuée de sur-production, qui serait très adaptée pour uneOST dans un drama. 

Encore une fois, on retrouve Heejin àl’écriture des paroles, aux côtés de Park SoHyun de tripleS. La membre d’ARTMS explique que les paroles font allusion au fait de se sentir comme un vieux téléphone Nokia, délaissé après une rupture. 

Tout comme ces téléphones rudimentaires que nous utilisions aux débuts de la téléphonie mobile, les souvenirs s’estompent petit à petit, et pourtant la protagoniste de la chanson se retrouve tout de même attachée à certains de ces souvenirs. 

Sa sonnerie, l’odeur de l’être aimé, la neige … Tout ramène l’héroïne de cette chanson vers la personne qui lui mentait. Malgré ces mensonges, elle veut la retrouver, quitte à se faire avoir à nouveau.

Les vocals de Heejin lors de la conclusion de la chanson sont impressionnants, notamment ces « ooh-ooh » dans un registre assez aigu. Ses high notes restent époustouflantes, et donne une personnalité à cette chanson assez simple. 

ADDICTION

L’album se clôt avec « Addiction », une chanson rythmée et au tempo plus rapide. On y retrouve le son de LOONA de manière plus sophistiquée et travaillée, mais qui rappelle tout de même certaines B-sides du groupe originel. Les samples utilisés ont été judicieusement choisis et viennent redonner de l’énergie après « Nokia ». 

Les vocals de Heejin sont espiègles et alternent entre plusieurs registres, prouvant que l’artiste est très versatile. Cette gradation dans la chanson lors du refrain (« You give me butterflies / Butterflies, butterflies ») est très belle et prenante. La conclusion de la chanson (« My, my addiction ») rythme encore un peu plus le tout, portée par des harmonies et cette dernière high note. 

J’ai écrit les paroles de « Addiction » alors que je prenais un midnight snack, à 2 heures du matin. J’ai fini par manger des nouilles et je me suis demandé si j’étais accro aux nouilles ; c’est ainsi que les paroles sont nées. Je n’avais vraiment pas l’intention de révéler cela, car je craignais que cela gâche l’immersion des auditeurs dans la chanson. 

Heejin

La manière qu’à Heejin de rendre un sujet aussi banalque de manger des ramens au milieu de la nuit en chanson qui pourrait passer pour une déclaration d’amour est à saluer. Loin de gâcher l’immersion, cela explique cette légèreté dans les paroles et crée une ambiance encore un peu plus espiègle. 

ALORS … HEEJIN SERA-T-ELLE DANS LES ALGORITHMES ? 

La longévité de « Algorithm » est à prouver, bien qu’après quelques écoutes, la chanson devienne de plus en plus agréable. Néanmoins, il est presque normal de comprendre la déception des OURII (noms des fans d’ARTMS) quant à la production du titre, alors que l’on s’attendait à quelque chose similaire à ODD EYE CIRCLE ou LOONA 1 / 3 (ou bien même « Vivid »). 

Pourtant, le reste de l’album est à la hauteur de Heejin – « Addiction » et « Nokia » mettent en valeur sa personnalité à la fois sérieuse et espiègle et ses capacités vocales. « Addiction » transmet aux auditeurs beaucoup d’émotions, montrant qu’une B-side ballade peut être aussi précieuse qu’une title track

Heejin a tout de même éclos avec K, prouvant toutes ses capacités artistiques, tant au niveau de la production que de l’exécution. 

Je crois que j’ai maintenant le pouvoir de voler de mes propres ailes. Pendant Heejin en 2016, j’ai juste dit oui à tout ce que l’agence m’a proposé, mais maintenant j’ai appris à donner ma propre opinion et même à être en désaccord avec l’agence si nécessaire.

Je me sens enfin comme une véritable artiste

Heejin

Etant donné que Modhaus propose beaucoup de promotions sous forme de tournées à ses artistes (tripleS LOVElution aux Etats-Unis et EVOLution en Australie, ODD EYE CIRCLE en Europe et Haseul avec son « Music Studio 81.8hz » à Séoul), pouvons-nous espérer quelques concerts de Heejin en solo ?

Omega X revient avec « iykyk »

Previous article

Festival du Film Coréen à Paris 2023 : un panorama passionnant du cinéma coréen dans la section “Paysage”

Next article
Rachel
Je suis une grande passionnée de musique depuis mon enfance, et j'ai découvert la K-pop en 2016 avec BTS, CL et Hyuna. Mes groupes de K-pop préférés sont des girlgroups comme LOONA, STAYC et Weki Meki, mais aussi BOYNEXTDOOR.

You may also like

Comments are closed.