accueilCineclubReviews

Festival du Film Coréen à Paris 2023 : des films événements et beaucoup de surprises

Après avoir échangé avec David Tredler, le chef de la programmation du Festival du Film Coréen, dans cet article, il était temps pour la rédaction de dear. korea de se rendre en personne dans l’une des deux salles du Publicis Cinémas. Cela fait toujours chaud au cœur de voir autant de personnes se presser devant l’entrée, formant de longues files d’attente qui impressionnent les touristes, pour venir découvrir des films coréens inédits !

Les plus grands succès du cinéma coréen

La section “événements” du festival, la plus impressionnante, “propose de découvrir les films grand public les plus récents du cinéma coréen, ceux qui ont caracolé en tête du box-office récemment”. Nous avons pu y découvrir la comédie romantique Honeysweet.

Honeysweet  달짝지근해: 7510 de Lee Han – 2023 – 1h58

SYNOPSIS : Chi-ho mène une vie réglée comme du papier à musique. Il se lève, va travailler dans l’entreprise de fabrication de gâteaux qui l’emploie, puis rentre regarder la télé chez lui. Toujours seul. Sa rencontre avec Il-young, mère célibataire enjouée, va bouleverser ses habitudes… et son cœur.

→ L’avis de la rédac : Cette comédie romantique a su générer beaucoup de rires dans la salle, visiblement conquise par la proposition. Si le jeu des acteurs et les personnages y sont particulièrement attachants, le scénario en revanche laisse à désirer par son incohérence et ses rebondissements qui s’essoufflent dans le dernier tiers. On a du mal à croire à cette histoire d’amour contrariée par un monde peu tolérant. Dommage. 

Une avant-première intrigante

L’occasion dans cette section de voir des films qui sortiront bientôt en France, au cinéma ou en VOD. Nous avons pu découvrir Concrete Utopia, film catastrophe impressionnant avec le fameux Lee Byung-hun en vedette. 

Concrete Utopia 콘크리트 유토피아 de Um Tae-hwa – 2023 – 2h18

SYNOPSIS : Séoul a été détruite par un gigantesque tremblement de terre. La ville est en ruines. Seul un immeuble tient encore miraculeusement debout, intact. Ses habitants s’organisent pour survivre et résister aux menaces extérieures…

→ L’avis de la rédac : Dans Concrete Utopia, le réalisateur Um Taehwa nous présente une vision sombre de l’humanité, dans un film catastrophe rempli de tension mais peu novateur pour le genre. On entrevoit la possibilité d’un commentaire intéressant sur la société coréenne, son rapport à l’argent et à la réussite sociale symbolisée par ces grands complexes immobiliers, mais le film passe malheureusement à côté de l’aspect politique de son sujet.

Lee Byung-hun joue un personnage aussi intéressant que terrifiant, qui questionne sur la notion d’appartenance à une communauté. Il est accompagné de Park Seo-joon et Park Bo-young, qui jouent un jeune couple attachant, divisé par l’attitude à adopter face à la catastrophe. Finalement, Concrete Utopia nous livre une version assez convenue du film catastrophe post-apocalyptique et du destin des survivants, avec une analyse intéressante mais très sombre de l’espèce humaine en temps de crise.

Lim Oh-jeong, réalisatrice invitée 

Lim Oh-jeong est une jeune réalisatrice qui a 4 court-métrages et un long métrage à son actif. Elle explore de nombreuses thématiques ayant trait à la vie des femmes coréennes, et a à cœur de mettre en avant des personnages féminins complexes. Le festival a choisi de présenter une intégrale de son œuvre, et nous avons pu découvrir dans ce cadre son film Hail to Hell

Hail to Hell 지옥만세, de Lim Ho-jeong – 2022 – 1h49

SYNOPSIS : Na-mi et Sun-woo ont passé leur scolarité à être harcelées. Liées par un pacte suicidaire et prêtes à en finir, elles découvrent que leur tourmenteuse en chef, Chae-lin, étudie désormais à Séoul et s’apprête à partir vivre à l’étranger, heureuse. Poussées par la colère, elles se mettent à sa recherche, assoiffées de vengeance. Mais ce que les deux adolescentes vont trouver dans leur quête est loin d’être ce à quoi elles s’attendaient…

L’avis de la rédac → Porté par un duo d’actrices attachantes, ce premier long métrage est surprenant de bout en bout. Le sujet est lourd et on pourrait craindre une atmosphère plombante, mais la mise en scène trouve toujours un peu de légèreté et de beauté à montrer, notamment au travers du jeu des actrices tout en délicatesse. La variété des thématiques abordée impressionne et propose un regard singulier sur la société coréenne contemporaine. Les notions de pardon, de rédemption, d’influence et d’emprise sont abordées avec un angle original et astucieux. Un coup de cœur à voir !

La réalisatrice, lors du Q&A qui a suivi la séance, a détaillé son envie de faire des films forts avec des personnages féminins mis en avant. Très heureuse de présenter son film en France, la réalisatrice affirme que c’était “son rêve de pouvoir présenter un de ses films à Paris”. Elle a pu discuter de son rapport à la religion, de sa vision pessimiste des sociétés hiérarchiques et des structures rigides. Le sujet du harcèlement est depuis quelques années au cœur des préoccupations de la société coréenne, et elle tenait à proposer une vision qui va au-delà de la simple notion de vengeance. Passionnant !

Court-métrages à l’honneur dans la section Shortcuts

On vous en parlait ici, la séance Strangecuts, qui présentait des courts métrages horrifiques et/ou fantastiques, ne nous a pas laissé indifférentes. La séance numéro 3 présentait quant à elle des courts métrages en live action ou en animation qui parlent de facettes différentes de la société coréenne contemporaine. De la notion du punk aujourd’hui aux réseaux sociaux, en passant par la solitude et la consommation d’alcool, un court métrage en particulier a retenu notre attention. 

How to get your man pregnant – 안 할 이유 없는 임신, de Noh Gyeongmu – 2023

SYNOPSIS : Dans un futur proche où la grossesse masculine devient une possibilité, Jeonghwan et Yujin décident de franchir le cap. Mais… Les hommes sont-ils réellement prêts à supporter une telle procédure ? 

L’avis de la rédac → Avec un style d’animation presque enfantin, ce court-métrage aborde pourtant des thématiques bien adultes et très pertinentes. Dans une société coréenne à la natalité en berne, la possibilité de rendre les hommes enceints peut être une voie de salut. Le parcours de ce couple est abordé avec humour mais aussi une grande bienveillance pour les personnages et leurs différents points de vue. Les pressions sociales qui s’exercent sur les femmes coréennes sont d’autant mieux mises en avant dans des séquences absurdes et poétiques. Accessible et fun, ce court-métrage s’est largement démarqué lors de la séance et mériterait une grande diffusion !

Verdict 

Comme toujours, le FFCP a montré la qualité de son équipe de programmation en nous proposant de découvrir ces œuvres diverses, aux thématiques et aux couleurs variées. Cela aura été l’occasion pour nous de visionner des films inédits en France et de découvrir de nouveaux réalisateurs et réalisatrices à suivre. 

On a définitivement hâte de retrouver le Festival l’année prochaine ! En attendant, pour découvrir notre avis sur les films de la section “Paysage”, c’est juste ici.

Merci au Festival du Film Coréen à Paris pour son invitation

Festival du Film Coréen à Paris 2023 : un panorama passionnant du cinéma coréen dans la section “Paysage”

Previous article

WayV gagne en maturité par leur renaissance dans On My Youth !

Next article

You may also like

Comments are closed.