accueil

Dream Academy : quand HYBE exporte la méthode K-pop à l’international

20 candidates venues du monde entier, 12 semaines de compétition : voici le préambule de Dream Academy, le nouveau survival show de HYBE. Pour ce projet, le label de BTS, Seventeen, Enhypen ou encore New Jeans s’est associé à la maison de disque américaine Geffen Records, où sont notamment signés les artistes Olivia Rodrigo, Yungblud ou Kali Uchis. L’ambition de ce projet : créer le premier groupe “international” à partir du système de training de la K-pop. 

Tout commence en février 2021, lorsque Big Hit Entertainment signe un partenariat avec la maison de disques américaine Universal Music Group, qui possède le label Geffen. A l’époque, l’idée de créer un groupe international à partir des méthodes de recrutement et d’entraînement de la K-pop existe déjà. Bang Si-Hyuk, fondateur et président de HYBE, a ainsi récemment déclaré “J’avais envie de créer un groupe international basé sur la méthodologie de la K-pop depuis longtemps. Je rêvais de permettre à de jeunes personnes talentueuses dans le monde entier l’opportunité de devenir membres d’un groupe fantastique basé sur la K-pop.”.

Pour la création de ce nouveau girl group “révolutionnaire” (selon les mots de HYBE), la compagnie bouscule un peu les codes du format classique du survival show : ici, pas d’épisode hebdomadaire, mais trois missions éliminatoires et une multitude de capsules vidéos diffusées sur YouTube, présentant les candidates et montrant les behind the scenes de leur préparation aux différentes missions. 

Après visionnage de ces vidéos, les fans sont invités à voter pour leurs candidates favorites via Weverse, Tiktok et YouTube. Le processus s’étendra sur 12 semaines, avec des éliminations à l’issue de chacune des missions, jusqu’à la date du 17 novembre, où le line-up final du groupe sera dévoilé lors d’un livestream. 

Le recrutement pour ce nouveau programme commence en novembre 2021, HYBE et Geffen recevant alors 120 000 candidatures, dont 70 000 la première semaine. Les profils des candidates sélectionnées ont finalement été dévoilés le 28 août dernier, juste avant le lancement de l’émission le 1er septembre. Les vingt heureuses élues ont entre 14 et 21 ans et viennent de pays aussi variés que l’Argentine, la Biélorussie, les Philippines ou encore le Japon. Depuis un an, elles s’entraînent aux Etats-Unis selon le rigoureux système de training coréen.

Mais HYBE et Geffen vont encore plus loin pour faire de ce nouveau projet un véritable phénomène : les deux compagnies se sont associées à Netflix pour créer une série documentaire autour de Dream Academy et du groupe qui en résultera. Elles sont ainsi offertes les services de la réalisatrice Nadia Hallgreen, qui a notamment réalisé la série documentaire “Becoming / Devenir” sur et avec l’ancienne première dame des Etats-Unis Michelle Obama. Cette série, qui racontera la création de ce nouveau girl group unique en son genre, devrait être diffusée en 2024. 

L’ambition de HYBE est donc claire : maintenant que le système de training de la K-pop a plus que fait ses preuves en Corée, il est temps de l’exporter à l’international. Si cela peut profiter à un tas de jeunes artistes dans le monde entier, l’idée est aussi de contribuer au rayonnement toujours plus mondial de l’expertise coréenne en matière d’entertainment. Bang Si-Hyuk déclarait ainsi dans un communiqué de presse que “pour que la K-pop devienne réellement mainstream dans le monde entier, elle doit évoluer en “juste pop”, sans le K”. Les méthodes coréennes, donc, mais partout sur la planète. 

Entre la rigueur et l’exigence du training coréen, l’expérience totale promise par la K-pop et qui a conquis les fans du monde entier, et la force de frappe planétaire des labels américains, on imagine sans mal le potentiel de ces groupes d’un nouveau genre. Car si l’Occident a déjà manufacturé de nombreux groupes (on pense par exemple aux Spice Girls ou plus récemment aux One Direction), cela n’a jamais été fait selon la discipline ultra-perfectionniste et pointue de la K-pop. 

Reste à savoir maintenant ce qu’il adviendra réellement de ce nouveau girl group : sera-t-il finalement basé à Séoul, rejoignant ainsi le circuit traditionnel de la K-pop en concentrant sa promotion sur les music shows coréens, ou réussira-t-il réellement à se faire connaître aux Etats-Unis, avant de déferler, pourquoi pas, sur le reste du monde ? Il est trop tôt pour le dire, mais ce qui est sûr, c’est que nous avons hâte de découvrir ce que tout cela présage du futur de l’industrie musicale, à Séoul et ailleurs.

En attendant, vous pouvez suivre l’intégralité de Dream Academy sur les chaînes Youtube Hybe Labels et Hybe Labels +

Yuju revient avec « DALALA »

Previous article

EVNNE fait ses débuts avec [TARGET : ME]

Next article

You may also like

Comments are closed.